Un catalogue de plus de 2800 titres !

Bienvenue sur RougePlay-fr!
Utilisateur: [user], MDP: [password]

Nos recommandations
Griffith
Portrait de l'un des maîtres de Hollywood. Fou pour les uns, homme de génie pour les autres, Griffith a laissé une filmographie d'une qualité incontestable. De Naissance d'une nation à Intolérance, il reste l'un des grands maîtres à penser de Hollywood. Icône du cinéma américain, D.W. Griffith est un authentique symbole de l'époque muette. Il est le premier à s'être penché sur l'importance du montage et jette les bases de techniques encore aujourd'hui éprouvées. Tous les cinéastes voient en lui un père spirituel du cinéma moderne, et plus encore un modèle de réalisme et d'honnêteté artistique.
Laurent Préyale le suspense
Un plan, une information suffit parfois à faire la différence entre la surprise et le suspens. La surprise, c'est lorsqu'une bombe explose soudainement ; le suspens, c'est lorsque le spectateur a vu le serveur placer la bombe sous la table. Le temps est alors compté, le suspens commence. Le suspens est présent dans la plupart des films de genre, du film noir au film fantastique. C'est l'une des composantes nécessaires à la construction de l'histoire.
Laurent Préyale le film noir
Entre 1939 et 1946, les films américains sont interdits en France. A la Libération, les spectateurs se précipitent dans les salles qui projettent des films très éloignés des mélos et des comédies musicales sirupeuses de l'avant-guerre. Les critiques de cinéma français donnent un nom à ces films à l'atmosphère glauque, pessimiste : le film noir. Comment reconnaître un film noir ? Observez cette atmosphère si particulière, l'ambiance qui règne dans un film noir ne prête pas à l'humour. Et puis il est en noir et blanc. Les ingrédients du film noir sont : le détective, la blonde vénéneuse, les policiers, le chef de la mafia locale, l'énigme à résoudre et la psychologie des personnages.
Laurent Préyale le western
Le western est né avec le cinéma, les Américains écrivent enfin leur propre Histoire. Il raconte l'aventure de ces hommes qui ont conquis des terres inconnues à la fin du 19e siècle, avant que le rail ne relie les deux océans. Au cinéma, le cowboy tire d'abord et pose les questions après. Comment reconnaître un western ? C'est tout simple, cherchez d'abord le cowboy, c'est lui le héros. L'histoire est souvent la même : il parcourt les plaines pour venger sa famille lâchement assassinée, ou pour retrouver sa femme enlevée par les Indiens. Il arrive que le cowboy soit simplement épris de justice ; dans ce cas, il joue le rôle du sheriff. Les méchants sont indiens ou mexicains, alors que lui est toujours blanc. Il se bat seul contre tous avec son outil, le revolver, il défend les opprimés. Vous l'avez compris, le western est un genre manichéen, véritable miroir des valeurs américaines.
La bataille de Midway
Ayant appris par ses relations dans la marine que les japonais allaient attaquer les îles Midway, John Ford se rend sur l'île pour filmer la bataille. C'est tout d'abord un documentaire historique de tout premier ordre : tous les plans montrés sont réels et John Ford fut même blessé au bras gauche par un éclat d'obus lors du tournage. Mais le film est plus que cela car Ford y insuffle un grand souffle épique empreint de patriotisme. Il désire montrer aux mères américaines comment le pays commençait à répondre coup pour coup. Pour éviter tout problème, il accorde un temps égal aux différents corps des armées et John Ford a le trait de génie d'ajouter un plan du Major James Roosevelt, fils du président, saluant les cercueils des tués au combat (en réalité, il n'était pas présent à Midway). Lorsque que le film lui fut projeté, le président Roosevelt déclara : « Je veux que toutes les mères des Etats Unis voient ce film ! ».
Ennedi, pays du Soleil
Un court métrage documentaire réalisé par Willy Rozier aux frontières de la République Soudanaise, la République Centre Africaine et de la République du Tchad.
Edith Piaf - Le concert idéal
Documentaire à base d'archives proposant le "concert idéal" d'Edith PIAF à partir de nombreuses chansons datant de la période 1952-1962. De brefs extraits d'interviews off de la chanteuse font le lien entre chaque interprétation. La chanson "Mon manège à moi" est illustrée par des images de Danièlle BONEL montrant Edith PIAF qui s'amuse joyeusement avec ses amis lors de sa tournée en Amérique du Sud, aux Etats Unis et en Egypte .